MTQ : le budget monte… la sous-traitance aussi

ConcoursEtudiant2007 – LES INVESTISSEMENTS AU MTQ MONTENT EN FLÈCHE ET… LA SOUS-TRAITANCE AUSSI !

En octobre 2007, la Commission recommande un réinvestissement massif pour revamper le réseau routier. Sous le gouvernement libéral, l’enveloppe consacrée à la conservation des structures passera de 170 millions à près de 1 200 millions. Idem pour la conservation des chaussées qui passe de 245 millions à plus de 800 millions. Les chantiers se multiplient créant une pénurie de main-d’oeuvre en ingénierie. Le gouvernement privilégie l’octroi de contrats aux firmes de génie-conseil, grandes contributrices à la caisse électorale du Parti libéral du Québec à l’embauche d’ingénieurs et de techniciens au MTQ.

Les recommandations de la Commission oublient les victimes selon certains. L’effondrement du viaduc de la Concorde est considéré comme un accident de la route. Les victimes sont indemnisés par la SAAQ sans recours contre quiconque. Cela choque plusieurs citoyens. Une pièce de théâtre naît de cet accident: « Sexy Béton ».

Pour faire diversion et tenter de montrer qu’il change quelque chose à la gestion des infrastructures au Québec, le  gouvernement propose la création de l’Agence des structures. L’APIGQ s’y oppose. Ce projet ne se concrétisera jamais.

Le gouvernement courtise les étudiants en génie en faisant de la fausse représentation. Il se prétend un employeur de choix. L’APIGQ y fait contrepoids, via son concours étudiant, présent dans les principales universités du Québec. L’APIGQ donne l’heure juste aux étudiants sur les conditions de travail offertes par le gouvernement.  Le concours fait mal paraître le gouvernement. Le gouvernement souhaite que l’APIGQ mette fin au concours. Le gouvernement n’admet toujours pas qu’il y a une pénurie de main-d’oeuvre en ingénierie au Québec. Sans contrepartie de la part du gouvernement, l’APIGQ maintient son concours pendant trois années.

CharestGaspilleDe façon novatrice, l’APIGQ dénonce la sous-traitance en présentant, dans les principaux restaurants de Québec, une publicité dénonçant la sous-traitance comme étant du gaspillage. Cette publicité, qui apparaît au cours de la campagne électorale de 2008 fait l’objet d’une mise en demeure du Directeur général des élections demandant à l’APIGQ de retirer cette publicité. L’APIGQ refuse d’obtempérer. Après enquête en 2009, le DGE ne donne pas suite à sa mise en demeure.

Février 2009, des rumeurs sont à l’effet que le gouvernement ne verserait pas les augmentations prévues dans sa loi 142 qui a fixé les salaires des employés de l’État jusqu’en 2010. Bien que le gouvernement n’ait pas mis à exécution ses intentions, cela donnait le ton pour la prochaine ronde de négociation 2010-2015.

Suite…